Gilbert Primard technicien et poète de la pierre
Gilbert Primardtechnicien et poète de la pierre  

Biographie

Son imagination servie par de profondes connaissances, pourrait lui permettre toutes les aventures : sur bois, sur métaux ou sur résines, mais Gilbert Primard, sculpteur, n'aime que la piere. Il la connaît depuis toujours. Très tôt, il s'est essayé à dompter la superbe matière, encouragé par son père, lui-même marbrier graveur, et par son premier maître, le sculpteur Cochet. Ces deux hommes qui avaient appris leur métier sur le tas, à l'ancienne, trouveront insuffisant son C.A.P. de tailleur de pierre et de graveur ornemaniste, et le pousseront vers les Beaux-Arts de Genève puis de Carrare avec une incursion à ontréal pour parfaire son étude géologique des roches. C'est en 1967, au moment de l'Exposition Universelle, brassage de toutes les nations et de tous les savoirs.

Ces contact successifs avec la cité du marbre, gardienne des secrets des maîtres italiens, puis avec le Nouveau Monde, terre de toutes les techniques avancées, ont fait de Gilbert Primard un artiste complet, un sculpteur bien de son temps, capable d'allier recherche et tradition, technicité et poésie. 

Témoin de cette double appartenance : son atelier de Fitilieu où voisinent les derniers-nés des moyens mécaniques capables d'éviter à l'artiste perte de temps et effort physique inutile, et rangés comme ceux d'un chirurgien, des outils que ne désavoueraient pas Puget ou Michel Ange, sans oublier des produits indispensables pour protéger des pollutions modernes, la pierre à laquelle il a donné vie et lui faire traverser le temps.

 

Nombreuses sont les créations de Gilbert Primard qui défieront le temps qui passe.

Depuis ses débuts, il consacre une partie du sien à l'art funéraire qui, rappelons-le n'est pas un art mineur : la plupart des chefs d'oeuvre de l'art égyptien, grec ou de l'antique Rome ont eu pour origine le culte des morts.

A ce travail quotidien, sont venues s'ajouter des commanders d'état, ce dernier se substituant aux Mécènes. Qui donc prétendant que nul n'est prophète en son pays , Gilbert a beaucoup travaillé pour sa régions. Il a commencé par les Avenières avec sa NAISSANCE ET VIE, qui fut suivie par LA PAIX à Montmélian. A Bourgoins-Jallieu, il a non seulement sculpté LA PAIX - LA VIE, mais il a également conçu l'ensemble de ce Mémorial. A Montferrat, son LOOPING commémore le Centenaire de Pégoud. A cela il faut encore ajouter plusieurs sculptures pour le jumelage de villes françaises et allemandes, ainsi que la restauration de monuments anciens.

 

Pour avoir une vue d'ensemble de l'oeuvre de Gilbert Primard, rien ne vaut une visite à sa galerie de Fitilieu. Dans cette vieille ferme dauphinoise restaurée, brillent les multiples facettes de son talent, tantôt des plus académiques, tantôt aventureusement abstraites.

Classique, il campe ici des personnages ou des animaux stupéfiants de vérité. Sous ses doigts la pierre se fait chair, plume, pelage, étoffe ...  sourire, tendresse, appel, offrande, rage ... Le marbre perd de sa froideur, retient l'instant fugitif sans le figer.

Contemporain, il ne s'attache qu'aux volumes, à l'équilibre des formes dans l'espace, aux lignes essentielles et stylise le sujet au maximum.
Plus loin encore dans sa recherche personnelle, c'est à la matière même qu'il laisse la parole, s'effaçant devant elle. S'en tenant à des lignes géométriques, il se contente de souligner, de mettre en scène par des jeux de lumière et de transparence les beautés natuerelles de ce monde minéral.
Plein de respect pour ce noble matériau, Gilbert Primard a aussi pour la pierre mille et une tendresses et l'a en quelque sorte domestiquée.

Cet homme bien de son temps, un des rares capables de travailer pour cathédrales et châteaux, pousse ses recherches vers une conception nouvelle qui marierait harmonieusement l'esthétique à l'utilitaire : ainsi sont nées ses sculptures-cheminées, ses tables-fleurs ou animaux, ses sculptures-luminaires et ses nombreux petits objets... Ses créations apportent chaleur et beauté et cette indispensable note personnelle qui signe un intérieur où l'on se sent bien.